septembre 9, 2016

L’Histoire Du VCL

logo-complet

Le Vélo Club de Levallois ou VCL est un club francilien avec une grande histoire qui a traversé les siècles. Mais bien plus qu’un club avec un palmarès fabuleux, il s’agit d’une vraie famille sportive et d’une école de la vie avec des membres de tous les horizons portant des valeurs fortes comme le dépassement de soi, l’amitié et le respect.

L’origine du VCL

Le VCL est né le 15 octobre 1891 à Levallois-Perret. Une ville toute jeune, à peine 30 ans. Elle était située à côté du premier vélodrome érigé en France, le vélodrome de Courbevoie.

Le club a ainsi pu profiter de cette infrastructure puis d’une nouvelle à Neuilly-sur-Seine avec le Vélodrome Buffalo et enfin en 1893 du vélodrome de la Seine à Levallois-Perret sur le quai Michelet.

Ces villes sont par la suite devenues le triangle d’or de l’industrie automobile mais aussi du cycle avec la présence de Peugeot soutient historique du VCL et de nombreux clubs du secteur.

Sur l’île de la Grande Jatte était installée la famille Trousselier qui tenait une piste et un magasin de vente, location et réparation de vélo. Les Levalloisiens pouvaient ainsi s’essayer à cette nouvelle mode de la vélocipédie.

trousselier_vcl_gallica_bnf

Les premiers tours de roues du VCL

Très vite les premiers résultats apparaissent dans le palmarès du VCL. Echard remporte ainsi la première victoire du VCL, Clichy-Conflans. Vient ensuite Leclerc qui remporte Levallois-L’Isle Adam organisée par le VCL.

Valentin Corre s’illustre sur Bordeaux-Paris ou sur Paris-Brest-Paris où il finit 3ème. La pâtisserie Paris-Brest a d’ailleurs été inventée en référence à cette course en 1891 qui est aussi la date de création du club. La forme de la pâtisserie s’inspire de la roue d’un vélo.

Origine du maillot

Le maillot du Vélo Club de Levallois a dans un premier temps été tout blanc. Jusqu’au jour où le VCL a rencontré une autre équipe avec un maillot blanc sur une course. Le président actuel du VCL s’est alors empressé d’aller à la mercerie où il trouva des rouleaux de rubans noirs et des épingles. C’est alors qu’est né le maillot actuel du Vélo Club de Levallois, un maillot hors du temps qui a traversé le XXème siècle et qui continue de perdurer au XXIème siècle. Un maillot simple, pur et reconnaissable dans les pelotons qui fait partie du patrimoine du cyclisme français.

bonney_hamel_geowambst_leducq_bocher_gallica_bnf_fr

L’institution du VCL

Les Racines…

Dès le début le club a mis un accent fort sur la formation et sur l’encadrement des coureurs. Lucien Lesna, vainqueur de Paris-Roubaix et de Paris-Bordeaux, avec l’aide des cycles Peugeot créa une structure unique à cette époque pour suivre les coureurs dans leur progression.

C’est durant cette ère que le jeune levalloisien Louis Trousselier alias Trou-trou, membre de la famille ayant la piste et le magasin de la Grande Jatte, gagne le tour de France 1905. Le premier tour de France précédent de nombreux autres pour le VCL. René Pottier remporta le tour de France en 1906 avec trois de ses compagnons du VCL aux trois premières places suivantes (Georges Passerieu, Louis Trousselier et Lucien Petit-Breton). Une plaque honorant sa mémoire est située dans la rue Hoche à Levallois sur la façade de l’immeuble où il a vécu.

Lucien petit-breton a été le premier à remporter deux tour de France et, pour bien faire des choses, deux années consécutives (1907 et 1908).

Sous l’air Ruinart

Une toute autre dimension. Ruinart est un jeune champenois de 35 ans quand il prend la tête du VCL en 1911 à la demande des cycles Peugeot. Il avait été un excellent pistard et avait fait une tournée en Russie où il avait pu rencontrer le Tsar Nicolas II.

Dès son arrivée avec quelques nouvelles recrues le VCL a retrouvé sa grandeur, en effet le jeune Philippe Thys gagna le tour à trois reprises (1913, 1914 et 1920).

Paul Ruinart, aussi surnommé le Père la Ruine, instaura une réelle institution au sein du VCL, une vraie école de la vie. Il inculqua au coureur une éducation cycliste mais aussi une éducation générale. Il disait souvent, « quand je vous enseigne le cyclisme, je vous apprends la vie ». Le VCL est ainsi devenu une réelle académie du vélo. Il a révolutionné le monde du vélo avec une volonté d’anoblir la pratique. Les coureurs du VCL devaient avoir un maillot toujours nickel, de-même pour leur propre personne. Il a révolutionné les méthodes d’entrainements et était en avance pour tout ce qui concerne la nutrition.

Chose unique à l’époque, il créa le premier camp d’entraînement. Il n’a eu de cesse de déménager les premières années (Lyons-la-Forêt, l’auberge Pinel à Dampierre, Loges-en-Josas, Christ de Saclay) pour au final s’installer de manière définitive à la Celle-Saint-Cloud en 1933. Les coureurs y étaient logés et tout était mis en place pour créer une équipe hors du commun, soudée et avec une hygiène de vie parfaite. Une organisation presque militaire qui permit au club et ses coureurs de remporter de nombreuses grandes courses. Le travail payait tellement que l’ensemble des équipes de France route et piste étaient issues du VCL. A l’exception d’Antonin Magne, l’ensemble des vainqueurs du tour de France des années trente ont fait partie du VCL (André Leducq, Georges Speicher, Roger Lapébie).

En 1914 il créa « Le Premier Pas Dunlop », une épreuve destinée aux coureurs de la région parisienne qui servit pour détecter les futurs champions.

affiche_cycles_olympique_vcl

Le retour

Le VCL a connu une grande période de prospérité et un réel âge d’or. Paul Ruinart avait pour assistant Paul Wiegant qui était coureur au VCL. Mais Wiegant souhaitait prendre davantage d’influence au sein du club. Cette implication a été freinée par Ruinart et Wiegant a quitté le VCL pour l’ACBB qui n’est autre que le club de la ville de Boulogne-Billancourt également soutenu par Peugeot. A la mort de Ruinart le 31 mai 1956 le VCL s’est retrouvé orphelin et la succession fut difficile. Malgré la reprise de Maurice Bataille, propriétaire de la maison Potel et Chabot, et le mécénat les résultats ne suivent plus et l’aide municipale se réduit.

En 1983, une nouvelle dynamique renait grâce à Michel Valente qui reprend en main le VCL avec l’aide de la nouvelle municipalité. Une équipe professionnelle est montée dans les années 90 avec comme partenaire Rigida, Hutchinson et BH. Il fait renaître une course cycliste en région parisienne, le Critérium de Levallois. Grand rendez-vous des amoureux du vélo où se rencontrent les héros de la  bicyclette d’autrefois (Charles Coste champion olympique de poursuite par équipe en 1948 à Londres, Raymond Poulidor, Raphaël Géminiani, Freddy Maertens, Roger De Vlaeminck…) et les futurs champions de l’élite internationale (Romain Barguil, Arnaud Démare, Julian Alaphilippe…).

vcl_2013_rungis

Tony Valente, Gérard Porte (médecin ayant fait 39 Tour de France au service des coureurs) et Daniel Pautrat (grand journaliste du Tour de France) et quatre coureurs du VCL

Son fils Tony Valente a pris la relève et continue de faire vivre ce monument du sport français et de la ville de Levallois avec l’aide des nombreux bénévoles amoureux du vélo, du VCL et de cette grande famille.

En résumé le VCL c’est :

  •  14 titres olympiques,
  • 151 titres de champion de France,
  • 12 victoires en championnat du monde,
  • 11 victoires dans le tour de France,
  • un Guidon de Diamant…

Ils ont participé à l’histoire du club:

Pottier, Gadolle, Gazel, Baumler, Trousselier, Vast, Petit-Breton, Thys, Parisot, Alavoine, Philippe, Chocque, Mantelet, Luguet, Frank, Henry, Van den Hove, Canteloube, Bellivier, Gobillot, Guyot, Cuvelier, Petouille, Ville, Gatier, Marcillac, Bourotte, Seres, Vast, Passerieu, Alancourt, Detreille, Au gendre (père de Jacques), Engel, Lempe, Gorgeon, Corre, Prevost, Lesna, Berthelemy, Dore, Vallonton, Paillot, Wirtz, Egg, Deruyter, Chassot, Juseret, Le Mee, Virgili, Catudal, Bjanchi, Souchard, Leducq, Bidot, Blanchonnet, Hamel, Mouillefarine, Marcelet, Raynaud, Dayen, Aumerle, Fournier, Paillard, Brossy, Kergoff, Cornez, Merviel, Bisseron, Bonney, Beyle, Dasse, Lepetit, Lesguillons, Coudrain, Debenne, Trantoul, Grassin, Rigaux, Ruinart, Bessières, Hournon, Moineau, Marcel, Jean, Faucheux, Chapalain, Pecqueux, Girard, Deforge, Besson, Chaillot, Lacquehay, Salazard, Ulrich, Maye, Speicher, Fraichaud, Wambst (Georges, Charles, Fernand, Auguste), Virol, Chocque, Lemarier, Le Greves, Horner, Archambaud, Galateau, Tanneveau, Porthault, Ducoutumany, Danguillaume, Renaudin, Chaillot, Idee, Rossi, Carrara, Ferrand, Lapébie (Roger et Guy), Le Nizery, Goujon, Charpentier, Goussot, Schmitt, Coste, Baldassari, Forlini, Blusson, Rouffeteau, Decanali, Aubry, Andrieux, La Copenelli, Brizon, Prax, Decoudun, Balestra, Chabert, Texier, Verdier, Lhomuller, Lesucur, Talle, Lejeune, Guilier, Souliac, Coudrain, Ric, Agoust, Ramageon, Defraire, Wiegant, Garbay, Bober, Tonello, Vittupier, Saint Gérard, Ferrer, Wisinski, Cerdan, Leidier, Prosdocimi…